Thérapie spirituelle

Featured image

A la recherche de l’inconscient supérieur, l’âme

La thérapie spirituelle ou transpersonnelle est une approche positive, non-tournée vers le passé.

La thérapie transpersonnelle cherche d’abord à éveiller les forces positives, elle éclaire votre chemin d’évolution, votre but de vie par la connaissance de SOI.

Non pas selon un savoir intellectuel, mais par une connaissance qui vient de l’expérience de l’ouverture au forces de l’âme.

Dans le processus de thérapie spirituelle l’individu est acteur et responsable de lui-même.
Il devient conscient que sa vie, son épanouissement, sa réalisation, sa guérison reposent entre ses mains. Et il s’investit pour mobiliser toutes ses ressources positives.

Le processus de guérison spirituelle demande d’écouter, d’intégrer, d’évoluer, de retrouver sa lumière intérieure.

La guérison spirituelle s’inscrit dans un processus d’éveil de la conscience.

La psychothérapie intégrative ou thérapie transpersonnelle, repose sur une conception globale de l’être humain dans ses multiples dimensions (physique, émotionnelle, mentale, sociale et spirituelle).

Elle utilise différents outils d’ouverture à soi-même, elle éveille les processus de la Présence et de la Vivance.

La guérison spirituelle consiste à ramener la paix, l’harmonie et l’équilibre entre la personne (son corps et mental) et son Ame.
Dans une conception spirituelle de l’être humain le mal-aise, le mal-être, la maladie sont compris comme un conflit intérieur.

La démarche peut inclure la pratique de soin Eleos, d’empathie et d’ouverture du coeur.

A la fois éducative et curative cette démarche propose une véritable thérapie du bonheur, car c’est un processus de croissance qui vise ultimement à la santé optimale.

« Laissez l’amour et la guérison remplacer la souffrance que vous pouvez libérez »

*

« Donner de la nourriture à quelqu’un lui permet de manger un jour, l’aider à forger une charrue lui permet de manger toujours ». (Li tsi)

Featured image
La psychologie transpersonnelle fait de la personne humaine le coeur de son champ d’intérêt. Cela peut paraitre évident, mais si on examine l’ensemble de la psychologie contemporaine, on constate que c’est souvent la chimie du cerveau et les gènes qui occupent la place principale.

Les travaux de Mihaly Csikszentmihalyi l’un des fondateurs de la psychologie positive ou « psychologie du bonheur » mettent en avant des concepts nouveaux: le Flow

le Flow

« The flow » (en anglais) signifie l’expérience optimale de satisfaction.

Voici ce que nous entendons par expérience optimale : c’est ce que ressent le navigateur quand le vent fouette son visage et que le bateau fend la mer, les voiles, la coque, le vent et la mer créent une harmonie qui vibre dans ses veines ; c’est ce qu’éprouve l’artiste peintre quand les couleurs s’organisent sur le canevas et qu’une nouvelle oeuvre (une création) prend forme sous la main de son créateur ébahi ; c’est le sentiment d’un père (ou d’une mère) face au premier sourire de son enfant.

Contrairement à ce que croient bien des gens, les meilleurs moments de la vie, n’arrivent pas lorsque la personne est passive ou au repos (même si le repos peut être fort agréable après l’effort). Ces grands moments surviennent quand le corps ou l’esprit sont utilisés jusqu’à leurs limites dans un effort volontaire en vue de réaliser quelque chose de difficile et d’important.

Le concept du FLOW vient de l’expériences que l’on vit quand on se donne complètement dans une activité, qui est exigeante pour soi, mais qui est passionnante. Nous vivons un FLOW dans le sens que toutes mes énergies convergent et je vis une expérience de plaisir ou de satisfaction forte.

Les conditions : un objectif clair et précis (par exemple : quand vous jouez au tennis, l’objectif c’est de retourner la balle, c’est immédiat et vous savez, si vous l’avez manqué ou pas) les distractions sont réduites; l’engagement est maximal; vous avez un bon controle sur votre action. Et quand il y a une bonne correspondance entre les exigences de la tâche et les capacités de l’individu, vous avez de bonnes chances de vivre le flow.

Un détail important : si quelqu’un a développé beaucoup de capacités et qu’on lui donne une tâche facile, il s’ennuie. Si au contraire, on donne une tâche difficile à une personne qui a peu développé de capacités, c’est l’anxiété et il n’y a pas de plaisir. Si au contraire, il y a une bonne correspondance, vous vivez l’expérience du FLOW, l’expérience optimale et plus vous la vivez, plus vos capacités se développent et plus la tâche peut devenir exigeante et plus le plaisir devient grand.

Sachez que ça peut-être à votre portée, il suffit de réunir les conditions, quand vous vous engagez dans une activité passionnante qui met en oeuvre vos forces, vos compétences, (bricoler, cuisiner, discuter avec un ami, jardiner …) Vous l’accomplissez sans vous laisser distraire, vous avez le contr�le sur l’action en cours qui représente un défi réel pour vous et vous ressentez du plaisir.

Psychologie positive

Voici un article de L’Express du 05/09/2005, par G.Charles.
« Plus rapides et moins chères qu’une analyse, les thérapies positives ont le vent en poupe au grand dam des disciples de Freud, qui reprochent à ces techniques leur caractère superficiel. Entre tenants de l’inconscient freudien et partisans d’une approche pragmatique, tous les coups sont désormais permis. »
« Les psys français n’ont plus le moral. Alors que la souffrance sociale, affective ou mentale pousse des patients de plus en plus nombreux dans les cabinets des thérapeutes, les confidents du mal de vivre traversent eux-mêmes une crise profonde d’identité. Tiraillés entre des conceptions de plus en plus divergentes de leur métier et des théories auxquelles ils se réfèrent, les psychiatres, les psychanalystes et les psychothérapeutes sont en proie aux doutes et aux confrontations. Le petit monde de la santé mentale, d’ordinaire feutré et secret, est devenu un champ de bataille où fusent les invectives, les accusations, les procès en sorcellerie et les coups bas. Témoin de ce malaise, l’avalanche de livres publiés récemment contre la psychanalyse, la discipline reine qui dominait jusque-là toutes les autres et constituait leur référence commune. Lancé à grand bruit comme un impitoyable dossier dénonciateur, Le Livre noir de la psychanalyse (les Arènes) est une attaque au vitriol de l’oeuvre de Freud et de ses héritiers, accusés de charlatanisme et d’abus de pouvoir. Rédigé par une éditrice assistée d’un historien et de trois thérapeutes comportementalistes antifreudiens, il qualifie la France de pays fossilisé, l’un des derniers au monde où la psychanalyse ( ses dérivés) fait encore recette, et passe en revue tous les abus, dérives et mystifications dont celle-ci se serait rendue coupable.
Cette révolution n’est pas isolée. Plusieurs autres pamphlets contre la théorie de l’inconscient freudien font leur apparition à la vitrine des librairies. »

* * * * *

Beaucoup de gens portent toute leur vie le poids de conflits non résolus, ou se résignent à vivre avec des symptomes désagréables. Ils ne savent pas qu’il est possible de surmonter les difficultés de la vie, d’acquérir une véritable sérénité, un plaisir de vivre.

« Autant que je puisse en juger, le seul but de l’existence humaine est d’allumer une lumière dans l’obscurité de l’être. » CG Jung.

Peut-on « guérir » sans souffrir?

Ateliers de thérapie positive et ludique
Soin Eleos
http://createssence.webnode.fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s